Le grand chambardement aérostatique est arrivé

Le grand chambardement aérostatique est arrivé

Le grand chambardement aérostatique est arrivé 150 150 Le blog de Philippe Buron-Pilâtre
🇫🇷 – Cela faisait quelques années qu’on en parlait ! Après l’obligation de transformer les bonnes vieilles VHF qui doivent désormais répondre aux nouvelles contraintes, voici venu le temps de l’harmonisation européenne des licences de pilotes de montgolfières et autres surprises réglementaires.
Entre le 8 avril 2020 et le 8 avril 2021, tout le monde doit avoir opéré la conversion. Au fait qu’en sera-t-il des Britanniques ?
Mais au delà de cette conversion, les programmes de formation, d’obtention de compétences (qualification d’instructeur par exemple), le transport de passagers (payant ou non ainsi que la capacité d’emport des ballons), le statut commercial ou privé, la maintenance, l’entretien, la réparation et la construction, tout sera définitivement harmonisé. Avec un “stample “EASA” européen.
Une renaissance dans les années 1960
Un grand bouleversement qui en inquiète plus d’un, habitués que nous étions à une grande tolérance. En effet, la montgolfière (ballon à air chaud) n’a vu sa renaissance que dans les années 1960. Une longue absence depuis la Révolution française où seuls les ballons à gaz et les dirigeables ont survécu. Dans les années 1990, la discipline connaît sa plus grande progression.
Aujourd’hui plus de 12.000 pilotes dans le monde pratiquent la montgolfière pour moins de 300 pilotes qualifiés en ballons à gaz et moins d’une cinquantaine en rozière et en dirigeable.
Les ballons sont donc des aéronefs de la catégorie des aérostats (à la différence des aérodynes munis d’un moteur). Immatriculés et référencés par les autorités nationales de l’aviation civile, ils devront dorénavant se soumettre à la réglementation européenne EASA, très proche de celle américaine (FAA). Souhaitons que cela ne porte pas un coup d’arrêt pour bon nombre dans la pratique du plus léger que l’air..

🇬🇧  The great aerostatic upheaval has arrived 
We’ve been talking about it for a few years! After the obligation to transform the good old VHFs which must now meet the new constraints, the time has come for the European harmonization of balloon pilot licenses and other regulatory surprises.
Between April 8, 2020 and April 8, 2021, everyone must have made the conversion. By the way, what about the British?
But beyond this conversion, training programs, special ratings (instructor qualification for example), passenger transport (payable or not, as well as considering balloon carrying capacity), commercial or private status, maintenance, repair and manufacture, everything will be definitively harmonized. With a European « EASA » stamp.
A renaissance in the 1960s
A great upheaval that worries more than one, accustomed as we were to a great tolerance. Indeed, the hot-air balloon only saw its rebirth in the 1960s. A long absence since the French Revolution where only gas-balloons and airships have survived. In the 1990s, the discipline saw its greatest progression.
Today more than 12,000 pilots worldwide practice hot-air ballooning for less than 300 qualified in gas balloon and less than fifty in rozière (mixed balloon) and airship.
The balloons are therefore aircraft of the aerostats category (unlike aerodynes equipped with an engine). Registered and referenced by the national civil aviation authorities, they will now have to submit to European (EASA) regulations, pretty close to those of the United States (FAA). Let’s hope, this does not come to halt for many in the practice of lighter-than-air.