Le monde aéronautique vit un profond malaise

Le monde aéronautique vit un profond malaise

Le monde aéronautique vit un profond malaise 150 150 Le blog de Philippe Buron-Pilâtre
🇫🇷 – Le monde aéronautique vit un profond malaise
Les plus beaux fleurons de l’aéronautique mondiale vivent un profond malaise, dans le domaine de l’aviation commerciale. Et également dans le secteur de l’aviation légère et sportive.
Entre l’incertitude de la date de reprise des vols, la réouverture des aéroports, les pertes accumulées, sans oublier les carnets de commandes qui s’assèchent, rien ne va plus dans un monde qui tablait sur des progressions de 5 à 7% l’an.
L’aviation légère et sportive (dite de loisirs) ne se porte guère mieux. Elle est quasiment au sol depuis plus de deux mois. Or cette période aurait été particulièrement favorable en matière de pratique avec une excellente météo.
Les compétitions jusqu’à l’été sont quasiment toutes annulées ou reportées. La formation, les vols découverte et la pratique des baptêmes de l’air sont au point mort en attendant que les ministères de tutelle prennent des décisions sur le retour de l’activité. Pour l’heure les vols solo sont seuls autorisés depuis le 11 mai.
C’est un cri d’alarme qu’a lancé le CNFAS, relais des fédérations et des professionnels, pour permettre la relance de la pratique, en respectant les règles nécessaires en période de pandémie de COVID19.
Le Conseil National des Fédérations Aéronautiques et Sportives représente 9 fédérations, 140.000 pratiquants, 3.200 clubs, 24.000 aéronefs et 2.000 planeurs. Une activité importante qui contribue notamment à la formation, à l’organisation de compétitions et de rassemblements nationaux et internationaux.

🇬🇧  – The aeronautical world is experiencing a deep malaise
The world’s finest aviation flagships are experiencing a deep malaise in the field of commercial aviation. And also in the light and sport aviation sector.
Between the uncertainty of permit to fly, the reopening of airports, the accumulated losses, not to mention the drying up of order books, nothing is going well in a world that was expecting growth of 5 to 7% a year.
Light and sport (leisure) aviation is not doing much better, with most aircrafts grounded for more than two months. To top it all, this period would have been particularly favourable in terms of practice with excellent weather.
Competitions until the summer are almost cancelled or postponed. Training, discovery flights and first flights are at a standstill while waiting for the supervisory ministries to make decisions on the return of the activity. For the time being, only solo flights have been officialy authorized since May 11.
The CNFAS, a relay of federations and professionals, has sounded the alarm to allow the practice to be resumed, while respecting safety measures in times of COVID19 pandemic.
The National Council of Aeronautical and Sports Federations represents 9 federations, 140,000 pilots, 3,200 clubs, 24,000 aircrafts and 2,000 gliders. This is an important activity which contributes in particular to training, the organisation of competitions and national and international gatherings.