Entre le mur et le papier peint

Entre le mur et le papier peint

Entre le mur et le papier peint 150 150 Le blog de Philippe Buron-Pilâtre

🇫🇷 Entre le mur et le papier peint

Oui la chance de pouvoir organiser la 17è édition du Grand Est Mondial Air Ballons était infime. Encore plus mince que du papier bible. Et pourtant notre énergie et celle qui nous entourent ont permis la réalisation de l’impossible. Et comme le disait paraît- il Mark Twain “ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait”. Merci à cette équipe valeureuse qui a cru durant ces mois que l’on ne travaillait pas pour rien. Merci aux spectateurs qui se sont déplacés en masse pour applaudir le ballet des ballons dans le ciel. Merci à la météo d’avoir été compréhensive et nous a accordé quelques fenêtres. Merci encore à l’administration et au monde politique d’avoir cru en nous. Alors que le spectre d’une quatrième vague de pandémie vient nous rappeler que rien n’est jamais acquis, nous mesurons notre chance de nous être glissés dans l’interstice qui s’est offert à nous. Désormais, nous ressortons de l’aventure brisés de fatigue comme si nous avions passé 240 heures dans une essoreuse. Il faudra quelques mois avant d’envisager l’avenir et le rendre possible.    


🇬🇧 Between the wall and the wallpaper

Yes, the chance to organise the 17th edition of the Grand Est Mondial Air Ballons was tiny. Even thinner than bible paper. And yet our energy and that of those around us made the impossible possible. And as Mark Twain once said, « they didn’t know it was impossible, so they did it ». Thank you to this valiant team who believed during these months that we were not working for nothing. Thank you to the spectators who turned out en masse to applaud the balloons’ ballet in the sky. Thank you to the weather for being understanding and allowing us some windows. Thanks again to the administration and the political world for believing in us. While the spectre of a fourth wave of pandemics reminds us that nothing can be taken for granted, we measure our luck in having slipped into the gap that was offered to us. Now, we come out of the adventure as tired as if we had spent 240 hours in a wringer. It will take a few months before we can look forward to the future and make it possible.